«Ce n’est pas le Maroc qui espionne le monde, mais c’est l’entité sioniste»

«C’est l’entité sioniste qui espionne le monde entier et non pas seulement l’Algérie, de manière massive, à travers le royaume de Mohammed VI», ce sont les dires de Hassane Kacimi, expert des questions géopolitiques, sécuritaires et de migration.

Leila Zaimi – Alger (Le Soir) – Lors de son passage sur les ondes de la Radio algérienne, Chaîne 3, hier, il a dénudé les manœuvres des services marocains contre l’Algérie et d’autres pays du monde en exposant avec clarté la complicité du royaume alaouite avec l’entité sioniste qui ne date pas d’aujourd’hui. « Le Maroc, complice et allié des sionistes, est en train d’espionner massivement tout le monde. Il s’agit d’un processus d’espionnage mondial qui est en train de se mettre en place », a-t-il déclaré, dénonçant l’acte d’espionnage et dévoilement de secrets des États. « Acheter du matériel pour protéger sa sécurité nationale est tout à fait licite. Mais acheter du matériel électronique de ce genre, malveillant d’ailleurs, pour porter atteinte à la sécurité d’autres pays est un acte illicite et qui constitue un casus belli », s’indigne-t-il. Kacimi dévoile également que le programme Pegasus a été utilisé par les Israéliens, dans le passé, pour espionner les Palestiniens. NSO est une société militaire, en vérité, contrairement à ce que prétendent les sionistes.
Dans les détails, Kacimi éloignera l’implication du roi Mohammed VI de ce scandale. «Le roi du Maroc ne gouverne plus. Il est malade et absent. Ce n’est pas Mohammed VI qui est derrière cela. Lui-même a été espionné et écouté par ses services intérieurs», a-t-il estimé. Kacimi dira qu’il s’agira plutôt du patron des services secrets marocain, Abdellatif Hammouchi, pointé du doigt d’ailleurs par la presse internationale. À ce propos, d’après l’invité de la rédaction, le système marocain est «une vraie menace pour la sécurité de la région».

Dans son intervention, l’hôte de la Chaîne 3 s’est exprimé longuement sur la normalisation des relations entre notre voisin et Israël. «La relation entre les Marocains et les Israéliens, ou le processus de normalisation des relations, a connu des évolutions, pendant 60 ans, par le biais des activités subversives et hostiles sur le plan régional, vers l’Algérie et l’Europe.»
Pour Kacimi, le processus de normalisation des relations avec l’État sioniste est un facteur déstabilisateur du Moyen-Orient et de la région Maghreb. D’abord, «le processus de normalisation des relations avec l’État sioniste a commencé au Moyen-Orient avant de s’étendre au Maghreb. Ce processus n’a pas été fait dans un contexte d’apaisement mais dans un environnement sous tension.

L’expert en géopolitique précisera que « la normalisation des relations Maroc-Israël a permis l’installation de la subversion dans les frontières ouest de l’Algérie », a-t-il constaté.

Parlant des origines de la crise politique entre l’État algérien et le royaume marocain, l’hôte de la Radio algérienne a fait comprendre que le conflit ne date pas d’aujourd’hui mais il remonte aux siècles passés. À ce propos, l’intervenant a souligné, à travers l’Histoire, au moins trois actes de trahison du royaume alaouite à l’encontre de l’Algérie. Le premier était l’aliénation du royaume avec les colons français contre l’Émir Abdelkader. Le deuxième était pendant la guerre de Libération d’Algérie, où l’avion des cinq dirigeants du FLN a été détourné par l’armée française à l’époque et ce, après une réunion avec Mohammed V. Selon les historiens, c’est Hassan II qui a vendu la mèche et trahi les Algériens. Et le troisième acte était pendant la décennie rouge, où le pouvoir de Mohammed VI était un refuge et soutien pour beaucoup de chefs des organisations terroristes.

L. Z.

Source : https://algeria-watch.org/?p=78704

Leave A Reply

Your email address will not be published.