Djamel Belmadi : « On est une famille compétente au service de notre pays ».

Djamel Belmadi s’est exprimé au lendemain de la victoire à Doha (Qatar) de l’Algérie face à l’Iran (2-1) pour la chaine tv de la Fédération algérienne de football (FAF). Le coach des Verts s’est dit satisfait du comportement de ses joueurs durant le stage de juin et de la nouvelle concurrence apportée par les néo-internationaux. Morceaux choisis :

Le bilan du stage de juin

Sur le plan comptable on a fait le plein avec 3 victoires sur les 3 derniers matchs. On a entamé de la meilleure des manières cette phase de qualification pour la Can avec une victoire à domicile et à l’extérieur. On a pu faire en sorte de jouer un troisième match contre l’Iran qui est une bonne nation du football habituée aux Coupe du monde. On a voulu donner un vrai test à ces nouveaux joueurs ou à ceux qui n’avaient pas eu beaucoup de temps de jeu.

Le fonctionnement du stage

On a passé dix jours à travailler ensemble avec les directives tactiques. On était un peu plus focus sur l’équipe qui démarre les matchs mais on a été très regardant sur l’ensemble du groupe.Il y a eu des rectifications, des discussions individuelles. Il y avait des choses qu’on voulait obtenir notamment des nouveaux qui ont une manière de jouer en club qui est différente de celle en équipe nationale.

L’état d’esprit des Fennecs

On a voulu inculquer depuis le début la culture de la gagne qui reste essentiel pour nous.Sur ces 4 dernières années, on a eu très peu de défaites. A chaque date FIFA, l’idée était de mettre tout de suite dans la tête des nouveaux joueurs qu’on est là pour la compétition, pour remporter des matchs, pour faire en sorte que nous soyons une équipe crainte et respectée et hisser très haut notre drapeau national.Il faut valider sa sélection et performer quand on en a la possibilité. Si on veut être là en septembre, c’est via les performances et rien d’autre.

Le comportement des nouveaux appelés

L’idée de sang neuf était très importante pour moi. Ils apportent un vent de fraicheur et font en sorte que personne ne s’endorme. Il fallait aussi que des joueurs s’affirment. Cela me tenait à coeur qu’ils participent entièrement à ce stage.Ils ont été très attentifs et appliqués.J’ai même pu voir entre le début et la fin du stage l’évolution de ces joueurs. Ils sont arrivés un peu timides et impressionnés. Ils ont grandi et se sont affirmés à l’entrainement. On a fait en sorte qu’ils ne perdent pas de temps et qu’ils puissent mettre à profit ce stage pour montrer leurs qualités. Pendant ces 10 jours, ils ont travaillé ensemble contre « l’équipe type ». On a vu qu’il n’y avait pas eu tant de manque de cohésion sur ce match contre l’Iran.

Les joueurs absents

On n’a pas officiellement de retraités internationaux.Je ne cherche pas à mettre des joueurs à la retraite. Djamel BenlamriBaghdad BounedjahSofiane Feghouli, qui ont fait partie ces dernières années de cette sélection avec de très bonnes et de moins bonnes choses, n’ont pas été là parce qu’ils n’étaient pas compétitifs. On ne les oublie pas. Ils ont donné à l’équipe nationale. Il se pourrait qu’ils donnent encore. Ils rentreront dans un groupe très élargi avec ces nouveaux joueurs, et peut être d’autres qui nous rejoindront.

La processus de sélection et de maturation des joueurs

Les Amoura ou Zorgane d’il y a deux ans ne sont pas ceux d’aujourd’hui. Tout cela, c’est du temps. Ce sont des matchs de niveau européen avec plus d’intensité, des demandes tactiques qui font qu’il y a une progression qui se fait crescendo.On est très attentifs à l’évolution des joueurs et au jour où il est bon de les lancer. Il ne s’agit pas de leur faire du tort quand on sent qu’un joueur n’est pas au niveau international requis. Il y a un timing pour cela. C’est de l’observation quotidienne et régulière. Il y a un équilibre à avoir à chaque fois. C’est la sélection nationale. On essaie de faire les choix les plus judicieux. Les jalons ont été posés il y a longtemps. Des discussions ont eu lieu il y a 4 ans avec des joueurs. Des réflexions ont muri. Dans l’intérêt de l’équipe nationale, je n’ai jamais voulu officialiser ces discussions parce qu’il y aurait peut être eu ici ou là des pressions sur ces joueurs qui n’étaient peut être pas prêts. On ne peut pas condamner cela. Aujourd’hui, on en récolte les fruits.Des joueurs nous rejoindront en septembre ou mars.

Le problème des dates FIFA d’intersaisons

Ces intersaisons sont compliquées en raison notamment des dates FIFA. En juin, c’est la fin de saison. Tout le monde est fatigué. Les joueurs ont en tête d’aller se reposer. C’est très difficile de se concentrer et d’appeler au don de soi pour des matchs en dehors de l’Algérie. Félicitations aux joueurs d’avoir été aussi impliqués. En septembre, il y a eu l’intersaison. Des joueurs ne sont pas encore fixés avec leur club ou ont démarré tardivement.Il y a eu la préparation physique à digérer. Je leur ai dit (ndlr, à Mandi, M’Bolhi, Slimani) de prendre rapidement des décisions et de s’inscrire tout de suite avec leur club pour faire une bonne préparation, démarrer le championnat en août et avoir au moins un mois ou un mois et demi de compétition avant cette double confrontation contre le Niger en septembre. Elle peut être décisive quant à la qualification pour cette coupe d’Afrique. C’est l’objectif qui nous est présenté.

Le record de longévité de Belmadi

S’inscrire dans la durée avec mon pays, c’est extraordinaire.J’espère qu’il y aura des entraineurs qui battront ce record de longévité. Cela voudra dire qu’ils ont eu des résultats et qu’il y aura eu de la stabilité, deux choses très importantes pour le football. Cela voudra dire que l’Algérie gagnera des titres.

La gratitude du coach

J’en profite pour remercier les joueurs qui ont donné de la joie au peuple. Leurs efforts sont à souligner. Ils ont gagné avec brio une magnifique Can, bien organisée, pour la première fois à 24 équipes.Tous les gros étaient présents. Il ne faut jamais l’oublier tout comme cette série d’invincibilité.Je remercie ceux qui sont dans l’ombre.Mon staff technique qui est travailleur et d’une compétence certaine. Idem pour le staff médical qui fait des miracles parfois. La Logistique qui nous permet d’être dans les meilleures conditions, la fédération et tous ceux qui travaillent dans les bureaux. On est une famille compétente au service de notre pays.Je remercie enfin ce public magnifique qui est la raison principale pour laquelle on est là, qu’on a duré et qu’on repart. Il se sacrifie, il paie de sa poche. Il manifeste quand il se sent lésé.On veut tout lui donner et lui plaire.Nos supporters sont uniques. C’est pour cela que je suis venu en tant que joueur en sélection national et en tant qu’entraineur.

Les matchs amicaux de novembre

On a officiellement comme date FIFA septembre puis mars. Il y a une date en novembre qui ne rentre pas exactement dans ces dates. Il y aura une possibilité en accord avec les clubs puisque ce sera la période de la Coupe du monde. L’Italie qui ne s’est pas qualifiée pour le Mondial une possibilité comme la Suède, la Belgique ou la Croatie.Si on peut monter une belle équipe ce sera avec grand plaisir.Ce serait très judicieux de faire un ou voire deux matchs à cette période là. On viendrait avec beaucoup d’envie jouer en Europe ou en Algérie en inaugurant un stade comme Baraki.

Par Mimoun Mehroug,  Source : https://www.dzairworld.com/2022/06/15/djamel-belmadi-selectionneur-algerie/

Leave A Reply

Your email address will not be published.