Musée des beaux-arts : Des tableaux rares exposés à Alger

Ces rares œuvres ont été réalisées par des artistes peintres algériens et étrangers submergés par la magie des sites naturels de l’Algérie connue pour sa diversité en la matière.

Une quarantaine d’oeuvres artistiques, signées par des peintres algériens et européens relevant d’une collection rare de l’époque des années 1920 et du début des années 2000, sont exposées au Musée national des beaux-arts (Alger) dans le cadre de la célébration du Mois du patrimoine (18 avril au 18 mai). Organisée à la galerie Mhamed Issiakhem, l’exposition compte 35 aquarelles qui mettent en avant le paysage naturel printanier dans les quatre coins de l’Algérie. Ces rares tableaux ont été réalisés par des artistes peintres algériens et étrangers submergés par la magie des sites naturels de l’Algérie connue pour sa diversité en la matière. Le printemps algérien dans toute sa splendeur a été mis en avant par des artistes de renommée mondiale des différents courants artistiques. «Le jardin d’Essai d’ El Hamma» de Pierre Duval (1897-1993), «le jardin de Meliana» de Henri Clémence (1896-1954), «paysage d’El Biar» d’Henri Chevalier (1845-1945), «l’arc de victoire romain de Guelma» de Bettina Heinen-Ayech, un tableau sans nom du plasticien algérien Kamel Nezzar (1951-2002), «au bord de la rivière» de Houadef Djahid et «paysage printanier» de Rachid Djemai sont les plus remarquables oeuvres exposées dans le cadre de cet évènement qui s’étalera jusqu’au mois d’octobre prochain. La salle Mhamed Issiakhem a été ornée par des toiles à l’acrylique et à l’huile représentant les différentes fleurs dont marguerites, anémones et autres plantes qu’offre la nature en Algérie pendant le printemps, par diverses couleurs et compositions à l’image d’une composition de bouquets de roses et une nature muette de la signature de plasticiens français comme Louis Réau, Jacques Denier, Antoine Ferrari,…etc. Le commissaire du patrimoine culturel et chef de service d’animation au musée, Boutiche Samir a déclaré à l’APS que «l’exposition contient des oeuvres artistiques rares sélectionnées parmi un ensemble d’oeuvres rares de grande valeur au Musée public national des beaux-arts pour les exposer aux visiteurs à l’occasion du Mois du patrimoine», ajoutant que l’objectif de cette exposition est de mettre en relief les travaux créatifs pour permettre aux visiteurs de les redécouvrir. «Les oeuvres artistiques exposées reflètent les créations d’artistes de renommée mondiale à l’image des artistes de l’école d’Algérie et des artistes européens qui s’étaient établis ou de passage en Algérie au début du siècle dernier, à la faveur de toiles réalisées dans le cadre des résidences artistiques à la villa Dar Abdellatif entre 1907-1962, en sus d’un groupe d’artistes d’Algérie et de l’art moderne», a-t-il dit.M. Boutiche a affirmé que le musée «conserve des oeuvres artistiques rares à travers la maintenance préventive périodique et par des opérations de restauration si nécessaire sous la supervision régulière d’une équipe spécialisée relevant du laboratoire du musée pour éviter les risques de détérioration dus à l’humidité et autres facteurs naturels». Il est prévu, poursuit le responsable, la contribution du Musée à travers une exposition commune au niveau du Musée national des antiquités et des arts islamiques à l’occasion du Mois du patrimoine, ainsi que l’organisation prochaine d’une exposition réservée à l’art italien contenant des toiles italiennes parmi le fonds du musée, outre une exposition d’art arabe au mois de novembre contenant une partie des oeuvres de plasticiens algériens et arabes.

lexpression.dz

Leave A Reply

Your email address will not be published.