PROJET DE LOI DES FINANCES (PLF) 2022 AU SÉNAT

Projet de loi des finances (PLF) pour 2022 : Ce que recommandent les membres de la Commission des affaires économiques et des finances du Conseil de la nation

La Commission des affaires économiques et des finances du Conseil de la nation a consacré, jeudi après-midi, une première séance à l’examen du projet de loi de Finances pour 2022, qui lui a été transmis la veille par le bureau de la Chambre haute.

Les membres de l’instance parlementaire ont suivi l’exposé du Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, lequel a décliné les indicateurs majeurs dudit projet de loi.

Le prix de référence du baril du pétrole a été fixé à 45 dollars. Le taux de croissance prévisionnel est plafonné à 3,3 % et celui du PIB à 3,7 %. Les recettes des hydrocarbures devront atteindre 27,9 milliards de dollars tandis que les importations caracoleront à 31,8 milliards de dollars. Le Premier ministre a livré d’autres chiffres afférents aux montants alloués aux transferts sociaux, à la relance économique, au soutien aux grands projets d’investissements.

Il a expliqué, en outre, que le gouvernement abandonnera progressivement les subventions de produits de grande consommation. Il instituera, en substitution, un système de compensation au profit des familles aux faibles revenus.

« Les transferts sociaux constituent un acquis, auquel l’État n’a pas renoncé au paroxysme de la crise économique. Ce soutien doit profiter, néanmoins à ceux qui en ont réellement besoin. Il faudrait réfléchir à des mécanismes qui concrétiseront cet objectif stratégique dans le cadre de la politique sociale de l’État » a-t-il précisé devant les sénateurs siégeant dans la commission économique et des finances.

Au terme de son intervention, ces derniers ont émis des recommandations préliminaires sur le projet de texte du gouvernement.

Ils ont préconisé, essentiellement, la levée du gel sur les grands projets d’équipements publics ; l’institution de zones de libre-échanges aux standards internationaux ; coopération avec les opérateurs privés afin de drainer des fonds pour l’investissement ; la réforme de la législation relative à la fiscalité ; promotion de la diplomatie économique.

Les sénateurs ont néanmoins incité le gouvernement à ne point se précipiter dans la levée des subventions aux prix de l’eau, de l’électricité, du gaz, du carburant et de certaines denrées alimentaires de première nécessité.

Ils ont estimé plus prudent de temporiser l’application de la mesure afin de ne pas être confronté à des répercussions désastreuses. D’autant qu’il est difficile, ont-ils argumenté, d’avoir des données précises sur la proportion des foyers éligibles aux aides de l’État.

Le projet de loi de finances pour 2022 sera présenté aux sénateurs puis soumis au débat général en plénière le lundi 22 novembre.

FC-DZ

Source : Soulef Biskri  – La Patrie News DZ

Leave A Reply

Your email address will not be published.