LA QUESTION ACTUELLE DE LA DÉCOLONISATION DES SAVOIRS

Dix penseurs africains par eux-mêmes de Seloua Luste Boulbina

La question actuelle de la décolonisation des savoirs

Qui mieux qu’un penseur africain pour penser à l’Afrique et aux Africains ? Comme son titre l’indique, le livre Dix penseurs africains par eux-mêmes de Seloua Luste Boulbina, paru chez Chihab éditions,  comporte dix entretiens avec des penseurs (dont des philosophes) de différents pays d’Afrique.

L’objectif de cet intéressant ouvrage peut être deviné à la lecture de la première phrase  de sa présentation (en quatrième de couverture) : «La question de la décolonisation des savoirs mérite d’être pleinement  et sérieusement étudiée.» L’ouvrage commence,  d’ailleurs,  par un extrait de Les Damnés de la terre (1961) de Frantz Fanon dans lequel il dit : «Allons camarades, le jeu européen est définitivement terminé, il faut trouver autre chose. Nous pouvons tout faire aujourd’hui à condition de ne pas être obsédés par le désir de rattraper l’Europe.»

Le premier entretien est  (titre) «L’Afrique demeure la différence absolue», réalisé  avec le Congolais Valentin Yves Mudimbe, né en 1941 dans l’actuelle République démocratique du Congo. Il est suivi par un entretien avec le penseur sénégalais  Souleymane Bachir Diagne. Les penseurs suivants sont, respectivement,  Paulin J. Houtondji  (Côte d’Ivoire), Issiaka- Prosper Latoundji Laléyê (Benin), Fabien Eboussi Boulaga (Cameroun), Jean- Godefroy Bidima (Cameroun), Allassane Ndaw (Sénégal), Mamoussé Diagne (Sénégal), Kwane Anthony Appiah (Ghana) et, enfin, Achille Mbembe (Cameroun).

Seloua Luste Boulbina est philosophe. Elle est directrice de programme au Collège international de philosophie à Paris et chercheure (HDR) au Laboratoire de changement social et politique (université Paris 7). Elle a aussi longtemps enseigné la théorie politique à l’Institut d’études politiques de Paris, en France. Seloua Luste Boulbina est l’auteure  (ou co-auteure) de plusieurs ouvrages et essais dont Décoloniser les savoirs, paru en 2012, et L’Afrique et ses fantômes, paru en 2015.

Source : Le Soir d’Algérie – Kader B.

FC-DZ

Leave A Reply

Your email address will not be published.