Les relations entre le Qatar et l’Algérie, un modèle de l’intégration interarabe

Les relations entre le Qatar et l’Algérie, un modèle de l’intégration interarabe

 Publié Le : Dimanche, 15 Janvier 2023

ALGER – L’ambassadeur de l’Etat du Qatar en Algérie, Abdulaziz Ali Al-Naama, a estimé que les relations entre son pays et l’Algérie étaient un « modèle de l’intégration interarabe », soulignant que des « étapes charnières » avaient été franchies en 2022, dans les relations bilatérales en faveur d’un « partenariat stratégique prometteur ».

« L’année 2022 a été marquée par plusieurs réalisations, des décisions importantes et des visites de haut niveau qui ont permis aux relations bilatérales entre les deux pays de franchir des étapes charnières », a précisé l’ambassadeur qatari dans un entretien à l’APS.

Des réalisations qui « traduisent la volonté sincère et sérieuse des frères dans les deux pays de créer un plus grand rapprochement, conformément aux orientations des dirigeants des deux pays frères », a-t-il ajouté, qualifiant les relations entre le Qatar et l’Algérie de « modèle de l’intégration interarabe ».

A cet égard, il a souligné avoir œuvré, depuis sa nomination comme ambassadeur en Algérie, à « hisser le niveau des relations bilatérales à la hauteur du potentiel et des capacités des deux pays et peuples frères, conformément à la volonté commune des deux directions éclairées d’aller vers un partenariat stratégique ».

Pour ce faire, « une dynamique d’action s’est enclenchée entre les deux pays à travers un rapprochement et un échange de visites officielles de haut niveau », a-t-il dit, affirmant que la visite du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, au Qatar, en février dernier, était une « étape très importante dans la promotion des relations entre les deux pays en un partenariat stratégique prometteur, à la faveur des accords et mémorandums d’entente conférant aux relations entre le Qatar et l’Algérie une nouvelle dimension ».

« Le développement important, rapide et à grande échelle qu’ont connu récemment les relations entre le Qatar et l’Algérie a été relevé par de nombreux observateurs », a fait remarquer le diplomate qatari, soulignant le caractère « privilégié des relations bilatérales qui reposent, a-t-il dit, sur la confiance mutuelle, qui est une des constantes de la politique étrangère des deux pays ».

Les visites mutuelles des dirigeants des deux pays frères « ont permis d’asseoir les relations bilatérales sur une base solide à travers des accords, notamment celui sur la concertation politique et la coordination entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays, qui a permis aux responsables des deux pays de se concerter et d’échanger leurs vues sur des questions d’intérêt commun », a soutenu M. Al-Naama.

 

=Coopération économique algéro-qatarie: des perspectives prometteurs et des projets dans plusieurs domaines=

 

A une question sur l’amélioration remarquable du niveau du partenariat économique entre les deux pays, M. Al-Naama a déclaré que s' »il est bien d’évoquer les relations algéro-qataries, il serait mieux de les appliquer sur le terrain », considérant que « les perspectives de la coopération économique sont de fermes convictions entre les frères des deux pays pour parvenir à un plus large rapprochement, en application des aspirations des directions éclairées des deux pays ».

Il a mis l’accent sur la nécessité de traduire ces convictions et ces aspirations sur le terrain en « accompagnant les hommes d’affaires des deux pays et en supervisant leur coordination à travers la Haute commission mixte qui a tenu des réunions à Doha et à Alger, sanctionnées par des accords que les deux pays s’emploient à mettre en œuvre sur le terrain ».

A cet effet, l’ambassadeur qatari a rappelé que la Ligue qatarie des hommes d’affaires s’est félicitée de la promulgation de la nouvelle loi algérienne sur l’investissement, qui offre des « opportunités créatrices de richesse pour les deux parties, chose que nous avons constaté lors des visites successives d’hommes d’affaires qataris pour accéder au marché de la production et de l’industrie en Algérie et préparer les dispositions nécessaires pour cela », a-t-il dit.

Il a cité des exemples d’investissements qataris en Algérie, comme « la réalisation de l’hôpital algéro-qatari-allemand, l’accès aux marchés de la production laitière, l’extension de l’activité de la société sidérurgique algéro-qatarie dans la zone industrielle de Bellara et  autres activités, dont les contours seront définis lors de la prochaine période, à l’instar des transports aérien et maritime, des chemins de fer et autres ».

Il a rappelé également la signature récente d’un accord d’investissement portant renforcement de la coopération et de l’investissement dans le développement et la gestion de 73 hôtels relevant du groupe Hôtellerie tourisme et thermalisme (HTT) à travers tout le territoire national, faisant savoir que son pays compte lancer d’autres projets touristiques, outre les projets commerciaux, alimentaires et industriels.

Dans ce contexte, le diplomate qatari a réitéré la volonté de son pays de « contribuer aux efforts gouvernementaux en Algérie, pays frère pour protéger la diversité environnementale et protéger les animaux en voie de disparition à travers des projets sur le terrain », citant pour exemples le centre d’élevage de l’outarde houbara dans la réserve de Brezina et la protection de la gazelle.

 

=== Le monde arabe a besoin de la diplomatie algérienne, fondée sur des principes fermes===

 

Concernant la convergence des positions diplomatiques entre les deux pays sur plusieurs questions d’intérêt commun, l’ambassadeur qatari a souligné que cela « se traduit par la convergence des vues sur nombre de questions, en tête desquelles la question palestinienne, et participe de leur conviction commune de la nécessité de mettre fin aux crises et aux guerres dans le monde par des moyens pacifiques et le dialogue ».

Il a, dans ce cadre, indiqué que l’Etat du Qatar « salue le rôle régional et arabe de l’Algérie, ainsi que son histoire honorable dans la résolution de nombreux conflits régionaux ou arabes », ajoutant que « le monde arabe a besoin, avant tout, de la diplomatie algérienne qui repose sur des principes fermes ».

Relevant « l’existence d’un large consensus entre les deux pays sur tous les dossiers économiques, politiques, et régionaux concernant le monde arabe ou le monde entier, et la position commune vis-à-vis de la question palestinienne et de la résolution de la crise libyenne », M. Al-Naama a précisé que « le traitement des dossiers d’actualité se fait dans un esprit consensuel et avec une vision éclairée, au mieux des intérêts arabes ».

« Le monde traverse, aujourd’hui, une conjoncture parmi les plus délicates et les plus complexes au milieu d’une polarisation géopolitique et idéologique et des guerres qui peuvent changer à tout moment les rapports de force dans le monde », a-t-il fait observer, relevant l’impératif de « trouver un mécanisme d’action qui unifie nos efforts dans la région arabe au mieux de nos intérêts, et de prôner une position forte permettant de diriger notre nation et de confirmer notre place parmi les nations du monde ».

Revenant sur le sommet arabe d’Alger (tenu les 1 et 2 novembre dernier), l’ambassadeur a estimé que ce rendez-vous « a permis de relancer l’action arabe commune », soulignant que « l’histoire retiendra que ce sommet était décisif en la matière, notamment en termes de règlement des dossiers extrêmement complexes, principalement les différends entre les pays arabes, et de la création d’un bloc économique arabe, en sus du dossier de la réconciliation palestinienne, en mettant à nouveau la cause palestinienne en tête des priorités de l’action arabe et des agendas internationaux ».

Le diplomate qatari a par ailleurs souligné que la participation de Son Altesse Cheikh Tamim Bin Hamad Al-Thani au sommet arabe « découle de son grand intérêt pour les causes de la nation », et que son appréciation de la Déclaration d’Alger « participe de son souci des intérêts arabes ».

Evoquant la question palestinienne, M. Al-Naama a indiqué que l’Etat du Qatar « restera pour toujours aux côtés de ses frères en Palestine, par fidélité à ses responsabilités morales de soutien aux frères et aux opprimés et eu égard à la justesse de la cause », ajoutant que le Qatar « estime que toutes les crises au Moyen-Orient prendront fin avec la fin de la souffrance de nos frères en Palestine et avec la mise en œuvre des résultats de l’initiative arabe de 2012, fondée sur l’établissement de l’Etat palestinien sur les frontières de 1967, à même d’assurer aux Palestiniens une vie digne, sûre et stable ».

Il a mis en avant, à cet égard, l’attachement de l’Etat du Qatar à « apporter l’appui politique, économique, humanitaire et médiatique au peuple palestinien, dans le cadre de ses stratégies de consolidation de la paix et de la sécurité internationales et de l’appui aux projets de développement de par le monde, plus précisément en direction de la Palestine à laquelle nous accordons une importance capitale, étant la mère des causes arabes et islamiques ».

Et de rappeler, « les positions honorables du Qatar dans le soutien à la cause palestinienne dans les fora internationaux, à leur tête, les Nations unies ».

A ce propos, M. Al-Naama a fait part de la considération de son pays pour les efforts et démarches de l’Algérie dans l’obtention par la Palestine de statut d’Etat membre à l’ONU.

« Nous apprécions les démarches inlassables de l’Algérie qui a tenu à consolider la cohésion et la fraternité entre les différentes factions palestiniennes, à travers une conférence de réunification des rangs, en vue de concrétiser l’unité nationale palestinienne, ce qui est un succès qui s’ajoute à l’actif de la diplomatie algérienne », a-t-il déclaré.

 

== Les positions honorables du Président Tebboune saluées ==

 

MAl-Naama a exprimé, par ailleurs, l’estime de l’Etat du Qatar aux « efforts de l’Algérie et aux positions honorables du Président Tebboune, à l’égard de la Oumma arabo-islamique, plus précisément à l’endroit du Qatar lors des toutes récentes étapes que l’histoire écrira en lettres d’or ».

Il a salué, par là même, les contributions du Président Tebboune à « la réussite de la Coupe du monde au Qatar 2022, à travers la participation de Son Excellence à la cérémonie d’ouverture et qui a conféré au championnat une dimension qui s’ajoute au niveau du rapprochement entre les deux pays. Cela témoigne de l’intérêt et de l’importance qu’accorde son Altesse Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani à l’Algérie, direction et peuple et à son frère le Président Tebboune ».