Tizi Ouzou : La genette réapparaît à Mizrana

Un prélude à la réapparition d’autres espèces animales aujourd’hui disparues.

lexpression.dz  Par Kamel Boudjadi

Ne dit-on pas qu’ «à quelque chose malheur est bon»? Lorsque l’homme se terre, les animaux réapparaissent. Les années passées sous la Covid-19 et son impact direct, le confinement, ont permis à la nature de reprendre ses droits. Parmi ces phénomènes apparus, l’on constate la multiplication des cas de réapparition d’espèces animales rares que l’on croyait disparues avant la pandémie. En Kabylie, l’on évoque avec insistance, bien que les services concernés n’aient pas encore confirmé, le retour de la Sittelle de Kabylie. Des citoyens témoignent l’avoir aperçue dans les forêts du versant maritime de la wilaya de Tizi Ouzou. Ces réapparitions d’animaux, habituellement très discrets, concernent également un petit animal très connu en Algérie. Il s’agit de la genette, appelée en kabyle, Chebirdou, qui a été aperçue ces dernières semaines autour des villages situés au milieu du massif forestier de Mizrana.
Cet animal nocturne, très difficilement observable, n’est pas nuisible pour l’homme ni pour les élevages de basse- cour ni pour les animaux domestiques en général. Un animal typique d’Afrique du Nord avec la sous-espèce Genetta Genetta Afra dont l’existence remonte a 55 millions d’années et qui n’est présent en Europe que dans la péninsule Ibérique. Il aurait été introduit d’Afrique du Nord comme l’indique son nom: La Genette de Barbarie. La Genette se nourrit de petits mammifères, notamment les rongeurs dont elle régule les populations. Elle se nourrit également d’arthropodes (insectes, araignées et crabes), d’oiseaux, de reptiles et de végétaux tels que l’herbe, les graines, les baies et les fruits. De cette diversité alimentaire, la genette acquiert ainsi un rôle primordial dans l’écosystème.
D’une longévité pouvant atteindre une dizaine d’années, elle atteint sa maturité sexuelle au bout de 2 ans. Le mâle et la femelle vivent solitaires sauf en période de rut et ne s’approchent pas trop des zones habitées. Leur reproduction est caractérisée par une à deux portées par an de 2 à 3 jeunes après une gestation oscillant entre 10 et 11 semaines. Au bout de quatre mois et demi, les jeunes genettes, devenues des prédateurs à part entière, sortent des tanières.
Enfin, il est à rappeler que la flore et la faune ne figurent hélas pas parmi les préoccupations majeures malgré leur importance dans la vie humaine. Un cas révèle si besoin l’état général des choses. En effet, la Sittelle de Kabylie a disparu durant des décennies. Il aura fallu attendre un Belge pour remarquer sa disparition et hélas aussi sa réapparition.
La Sittelle de Kabylie est l’unique espèce d’oiseaux endémiques d’Algérie. On ne la retrouve plus que dans certaines forêts de conifères du nord du pays. Son nom scientifique évoque un hommage à Jean-Paul Ledant, l’ornithologue amateur belge qui a découvert l’oiseau en octobre 1975. L’on doit aussi la description, pour les scientifiques, de la Sittelle à un autre ornithologue français, Jacques Vielliard.

Leave A Reply

Your email address will not be published.